ECOLE DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE PRODUCTION VEGETALE
Le monde a besoin davantage de production alimentaire
ECOLE D'ECONOMIE, DE SOCIO ANTHROPOLOGIE ET DE COMMUNICATION POUR LE DEVELOPPEMENT
Le paysan a sa raison
ECOLE D'AMENAGEMENT ET DE GESTION DE L'ENVIRONNEMENT
Nous empruntons les Ressources Naturelles aux générations futures. Nous devons alors apprendre à mieux les gérer
ECOLE DE NUTRITION ET DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES ALIMENTAIRES
Nourrir sainement à partir de nos traditions
ECOLE DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE PRODUCTION ANIMALE
Former pour mieux disposer de viandes saines
INSTITUT DE SECURITE ALIMENTAIRE
C'est aussi une formation pour une expertise adéquate en nutrition humaine
FACULTE DES SCIENCES AGRONOMIQUES
Une Faculté pour une formation en adéquation avec les besoins du pays

Enangnon Espérance B. E. ZOSSOU

image
Statut:
Enseignant-Chercheur
Spécialité:
Vulgarisation agricole, Système d’innovation agricole
Poste:
Grade:
Maître-Assistant
Domaine de compétence:
- Vulgarisation agricole - Système d’innovation agricole - Approche des moyens d’existence durables - Economie Expérimentale - Genre et Agriculture - Chaine de valeur agricole - Evaluation d’impact - Agri-business
Disciplines enseignées:

Vulgarisation agricole

Ecole:
Ecole d`Economie de Socio Anthropologie et de Communication pour le Développement Rural
Laboratoire:
Département d’Economie, de socio-anthropologie et de communication pour le développement rural
Adresse postale:
BP 388 Ab-Calavi
Téléphone:
97997836 / 95423721
Email:
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Nombre de publications:
13
Quelques reférences:

 


1.    Zossou, E., Arouna, A., Aliou, A. and Agboh-Noameshie, A.R. (2016). Gender Gap in Acquisition and Practice of Agricultural Knowledge: Case Study of Rice Farming in West Africa. Expl Agric.: page 1 of 12, Cambridge University Press doi:10.1017/S0014479716000582


2.    Zossou, E., Vodouhe, D.S., Van Mele, P., Agboh-Noameshie, A.R. and Lebailly, Ph. (2015). Linking rice processors’ access to rural radio, gender and livelihoods in Benin. Development in Practice. DOI of your paper is: 10.1080/09614524.2015.1069261


3.    Bentley, J., Van Mele, P., Okry, F. and Zossou, E. (2014). Videos that speak for themselves: when non-extensionists show agricultural videos to large audiences, Development in Practice, 24:7, 921-929, doi: 10.1080/09614524.2014.942216


4.    Demont, M., Ndour, M. and Zossou, E. (2013). Le riz africain peut-il être compétitif ? Une analyse de la compétitivité-qualité par la méthode des enchères expérimentales. Cah Agric 22 : 345-52. doi : 10.1684/agr.2013.0664


5.    Zossou, E., Van Mele, P., Wanvoeke, J. and Lebailly, Ph. (2012). Participatory impact assessment of rice parboiling videos with women in Benin. Experimental Agriculture, 48 (3): 438-447.


6.    Demont, M., Zossou, E., Rutsaert, P., Ndour, M., Van Mele, P. and Verbeke, W. (2012). Consumer valuation of improved rice parboiling technologies in Benin. Food Quality and Preference 23: 63–70.


7.    Zossou, E. (2011). Technological and Institutional Innovations Triggered by a Farmer-to-Farmer Rice Parboiling Video in Central Benin. In: CTA & FARA (Eds.). Agricultural Innovations for Sustainable Development. Contributions from the Finalists of the 2009/2010 Africa-wide Women and Young Professionals in Science Competitions, Volume 3 Issue 2. September 2011. Accra, Ghana.


8.    Zossou, E. et Vodouhe, D.S. (2011). Déterminants socio-économiques des pratiques phytosanitaires : Cas des cultures maraîchères à Cotonou, Bénin.  Editions Universitaires Europeennes,  United States, 2011, ISBN 10: 6131543410.


9.    Fofana M., Wanvoeke, J., Manful, J., Futakuchi, K., Van Mele, P., Zossou, E. and Bléoussi, T. M. R. (2011). Effect of improved parboiling methods on the physical and cooked grain characteristics of rice varieties in Benin. International Food Research Journal 18: 697-703.


10. Zossou E, Van Mele P, Vodouhe SD and Wanvoeke J. (2010). Women groups formed in response to public video screenings on rice processing in Benin. International Journal of Agricultural Sustainability, 8(4): 270-277.

 Back

Message du Nouveau Doyen à la Communauté

Professeur Adédjobi Philippe  LALEYE

Doyen de la Faculté des Sciences Agronomiques

 

Mesdames et Messieurs

-   les Enseignants

  les Membres du personnel administratif, technique et de service

-    les Etudiants de la FSA

 Les circonstances de l’organisation de la cérémonie de passation de service hier à la faculté entre l’équipe décanale sortante et celle entrante, ne m’ont pas permis de m’adresser directement à vous. Je tiens à vous remercier pour votre mobilisation à cette cérémonie qui, souvent fort simple, est celle au cours de laquelle les 1ers mots du nouveau Doyen sont suivis avec beaucoup d’attention.

 

Hier, après la cérémonie de présentation du bilan par le Doyen Joseph HOUNHOUIGAN, lui et moi sommes retirés dans son bureau accompagnés du Vice-Doyen, du Secrétaire général d’entité et du Représentant du Rectorat pour procéder à la signature des documents de passation de service entre l’équipe sortante et celle entrante. C’est l’occasion pour moi de remercier le Doyen, le Professeur Joseph HOUNHOUIGAN pour sa disponibilité et pour l’ambiance avec laquelle se sont déroulés les échanges.

 

Chers membres de la communauté FSA, comme tous les collègues nommés des autres établissements de notre université, je prends fonction à la tête de notre Faculté dans un contexte connu de tous. Je suis appelé par l’Autorité à une mission que nous devons accomplir ensemble avec détermination car l’enjeu pour nous est grand : la vie de notre entité universitaire et le renforcement de la formation agronomique en son sein.

S’agissant en effet de la vie et du développement de notre Faculté, je voudrais d’abord et ceci en toute humilité, rendre un vibrant hommage et exprimer ma reconnaissance aux pères fondateurs de la FSA et à tous les acteurs qui ont œuvré à ce qu’elle ait atteint son niveau actuel de célébrité. Oui, ils ont été les bâtisseurs de ce que notre entité universitaire est devenue aujourd’hui.

 

Comme vous le savez aussi bien que moi, le défi majeur auquel notre Faculté se doit aujourd’hui de faire face, se résume à cette double question:

-   que faire pour conserver durablement nos acquis ?

-   et à quoi devons-nous, sans tarder, nous atteler pour améliorer la performance de notre Faculté et élever davantage sa position de leadership aux plans national et régional dans la formation et la recherche de haut niveau en sciences agronomiques ?

 Pour relever ce double défi, j’ai fait le choix d’une culture du « savoir travailler ensemble » avec toutes les composantes de la Faculté.

La vision que je voudrais partager avec vous est celle d’une nouvelle Faculté porteuse de projets majeurs de recherche et de formation au service de la communauté universitaire, réactive dans ses processus de décision avec une primauté à la concertation, et assurant le bien-être de ses personnels et de ses étudiants.

Je voudrais que la FSA soit pour tous ceux –personnels et étudiants-qui en font partie un cadre qui donne la possibilité à chacun de travailler dans les meilleures conditions possibles.

 

La réussite académique et la bonne insertion professionnelle de nos étudiants sont les objectifs majeurs de nos formations. Ils ne peuvent s’améliorer que par une constante attention à l’innovation pédagogique dès la licence, qui, si elle vient d’abord des enseignants eux-mêmes, doit faire l’objet d’un véritable soutien.

 

La recherche est l’autre raison majeure de la nouvelle FSA qui permet d’ouvrir de nouveaux champs de recherche conjuguant les différentes disciplines pour aborder les grands enjeux de société. Cette démarche n’est féconde qu’avec le soutien simultané à l’excellence au cœur de toutes nos disciplines dans la spécificité de leurs pratiques.

Une attention particulière doit être accordée à tous les personnels administratifs, technique et de service qui animent la faculté. Sans eux, rien ne saurait se faire convenablement.

 

Je voudrais remercier également, de manière spéciale, les Vice-Doyens de nos différentes Ecoles pour le travail colossal qu’ils abattent au quotidien. En bonne intelligence, nous travaillerons pour que notre maison commune aille toujours de l’avant.

Je ne peux pas réussir cette noble mission que la Nation a bien voulu me confier sans votre soutien et votre accompagnement à tous. J’implore donc votre indulgence pour qu’ensemble nous relevions ce défi.

 

Je vous remercie pour votre aimable attention !

 

 

Professeur Adédjobi Philippe LALEYE

L'agent administratif du jour

nouwligbeto_isidore150.png

l'Enseignant du Jour